Citations

The Brain

Coutin/Coutin

So you say you want to know who is the master of the world
So you say you wanna know the mysteries of life and death
Learn to fly, fly the sky, over the sees over the mountains
Watch the world, free as a bird, till you get the heart of gold

Dont’t you know we call him the brain
Dont’t you know we call him the brain
Dont’t you know we call him the brain

So you say you want go where no human ever been
Meet the spirit, see the perfect, find the kingdom of wisdom
Don’t you know, this is just à dream, nothing’s true, nothing’s real
There’s just a ligth, in the ligth, deep inside in your inner ligth

Dont’t you know we call him the brain
Dont’t you know we call him the brain
Dont’t you know we call him the brain

Feel the freedom

Coutin/Coutin

Feel the freedom
Running down the streets
Feel the rage
Rushing down your veins
See the world
Spinning wrong

See them people
Fighting for their rigths
See mother earth
Trying to survive
See the world
Is spinning wrong
See the world
Is spinning wrong

Feel the wind
Blowing in you hairs
The rain can tell
Why the sky is crying
See the violence
As the rule on earth
Feel that’s love
Is the only answer
See the world

See the world
Need some help
See the world
Need some help

Get in the groove

Coutin/Coutin

When the nigth comes down
Over the city of ligths
Get your secret life on
Get your mind on fire
Wanna touch the sky
Got to get some fever
Wanna find someone
To share a walk on the stars

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

Get in the Blue
Don’t stop to moove

Wait to see the trance
Over the bodys and minds
Don’t wait to get in
Let your soul be there
You can see the people
Dancing in the streets
Til the morning come
Just be happy and free

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving
Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

Get in the groove
Don’t stop to moove
Get in the groove
Get in the groove,

Get up stand up stand up for your
Get up stand up stand up
Got to find got to find

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

Get in the groove
Get in the groove
Don’t stop to moove
Don’t stop to moove

Got to find someone to love
Got to find someone to love
Got to find some loving

The spirit & the flesh

Coutin/Coutin

I want you be my love tonight I wanna be your babe
I wanna stay in your arms just like the very first time
There is a something in the sky
Like a sign shining so far
You know we should not refuse

My ho my
My ho my

Please tell me again you need to feel my heat on you
Let me lay my guitar at your feet to the glory of you
I’m lost and I will remain
The same whatever happen
You know I will not surrender

My ho my
My ho my

I need to feel your fingers running all over my skin
I want to feel your skind under my hands
All night long my baby
Just like the very first time
I want get lost in your soul
Even if it’s for never again

My ho my
My ho my

Please let’s make love again and again
Until the deal goes done let me be you thin
I will leave in the morning
Going to nowhere it seem
But you’ll be here forever
Princess of my heart

My ho my
My ho my

Lay down lady lay down close to your man
Give him what he needs to stay alive one more night
Give him the spirit and the flesh
Give him the rope and the release
Let him know the taste
Of love over the pain.

My ho my
My ho my

By the sea

Coutin/Coutin

Monday mornin’
Nothing to do
Open the windows
Let the world get in

When you’ve been
Away for so long
Maybe you just
Let the sunshine
Fall like the rain
Over me

Monday mornin’
Just another day
Listening the children
Playing in the streets

Life is so simple
When the sky above
Is brigth and blue
Just let the sunshine
Fall like the rain
Over me

And I know, It’s gonna be a day of love
Yes I know, it’s gonna be a day of love

Monday’ morning
There is no future
Nobody cares now
Where you’ve been
When you’l be livin’

Feel the freedom
To be alive
In a world so strange
Just let the sunshine
Fall like the rain
Over me
Over me

And I know, It’s gonna be a day of love
Yes I know, it’s gonna be a day of love

And I know, It’s gonna be a day of love
Yes I know, it’s gonna be a day of love

In the blackout

Coutin/Coutin

Here comes
Here comes

Here comes the sound of bomber planes
The sky’s on fire the earth is shaking
Rockets screamin’ over the city
The walls are bleeding human tears

Here come the man with dark blue eyes
He’s got a flower in his hand
A machine gun in the other one
He think that God is on his side

Here come the children with no name
He can’t speak a word but he can sing
The song they wrote in the ancient time
When the Moonkiller was a friend of mine

Here come the sun over the mountain
There is a rainbow rigth through the rain
I can see a bird flying away
Like a smooth lover on his way

Here come the days of blood and tears
You know my love will never tear
Welcome in the blackout

Here come the days of blood and tears
You know my love will never tear
Welcome in the blackout

Here come the days of Pearly Spencer
You know this race is almost run
Only the rats can compete today
We walked the line to far this time

Here come the days of resurection
Maybe someone can stop this action
We wanna live just like some Jesus
But we don’t need no crucifixion

Here come the days of blood and tears
You know my love will never tear
Welcome in the blackout

Here come the days of blood and tears
You know my love will never tear
Welcome in the blackout

Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout, shout shout
Let you mind fly, away
Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout, shout shout
Let you mind fly, away
Shout

Shout

Coutin/Coutin

She’s on her way to paradise
Dressed in leather and cuban heel
Directly from nowhere to here
She said Lou’s gone with the angels

She is looking at the stars
I think she’s comming from so far
She want a taste of something else
Drink a milk shake on the milky way

Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout, shout, shine,
Let you mind fly, away
Shout, shout, shout

She’s only here for the trance
She want live alive in the nigth
Hold the world deep in her arms
She wanna dance for the rest of her life

She’s on her way to paradise
She know there is no compromise
She want to be a shooting star
She’s gonna shine à ligth higth in the sky

Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout shout shout
Let you mind fly, away
Shout, shout, shine,
Let you mind fly, away
Shout, shout, shout

Let it goes

Coutin/Coutin

Just arrived in paradise
There is nothing left to do
The sun is brigth the sky is blues
Emptyness is good for you

Let it goes let it goes
Deap down
Let it goes

Everything is so unreal
There is just à dog to welcome you
When you finally get to the desk
The lady don’t seem to see you

You remember the day you’ve born
And even the day you’ve borned again
But you can’t see no reason why
You feel alive and you’re so dead

Let it goes let it goes
Deap down
Let it goes

You’ve been asking so many questions
And now you’re waiting for some signification
But there is nothing and no one who can tell you
Where is the north, where is the south, where is the truth.

Let it goes
Let it goes
Let it goes
Let it goes

If ever you wake up one morning
Please don’t forget to consider
Maybe you just stay in bed today
Till the desk lady stop to cry on you

Maybe you stand up and you cut the rope
Who keep the hanged man to fall down
But whatever you do, whatever you feel it’s cool
Just let it goes until it’s gonne

Let it goes let it goes
Deap down
Let it goes,

Let it goes let it goes
Deap down
Let it goes,

Yer blues train

Coutin/Coutin

Train train take me home
Train to the sound
Train train where I’have born
Train Train to their blues

Cause it’s a long way home
Long way home
Cause it’s a long way home
To my home

Train train all day long
Train train thrue the nigth
Train train like bird
Train train to yer home

Cause it’s a long way home
Long way home
Cause it’s a long way home
To your home

Train train don’t turn me
Train train you don’t hear me
Train train you and me
Train train we know the storry

Cause it’s a long way home
Long way home
Cause it’s a long way home
To my home

Cause it’s a long way home
Long way home
Cause it’s a long way home
To my home

I guess

Coutin/Coutin

I guess
I guess
You will walk away slowly
Out of my life

I guess
I guess
There will be a smile like always
On your lips

I guess
I guess
You will take you time
To diseapearr from my heart

You know I know the rules of love
You know I know you have to go
They were no promises and no words
The game of life has roled the dice
Ain’t it time to say good bye ?

The ocean is cool and so quiet today
And the sun is brigth over the clouds
I can imagine you walking down the road
Going up your way, seems to aim so far, so far away
Ain’t it time to say good bye ?

Bye bye Love

I guess
I guess
Day after day I will have to live
With the taste of you skin

I guess
I guess
Your eyes are so clear
I saw some paradise inside

Migrant’song

Coutin/Coutin
Tout petit lézard la queue coupée,
Le monde est dur à trop rêver
Le vent te pousse vers le bout de l’univers,
Comme un fétu de paille sur la grande terre
L’écumes des mersHo dites moi

Dites moi pourquoi
Le monde est si dur

Pour ceux qui n’ont que des rêves

Les corps allongés sur le sable
Si loin des deserts immuables
Laisser la nuit vous emporter
Dans les bras des anges anonymes
Des âmes qui vacillent

Ho dites moi
Dites moi pourquoi
Le monde est si dur
Pour ceux qui n’ont que des rêves

Aller, chauffe Marcel

Chauffe, chauffe
Ho dites moi
Dites moi pourquoi
Le monde est si dur
Pour ceux qui n’ont que des rêves
Rentrer dans la nuit
Retrouver ses amours ses amis
Rêver planer jusqu’à l’oubli
Rêver d’humanité
Rêver des grands naviresRêver

Partir

Shooter dans un ballon de foot
Shooter dans la vie

Shooter dans la vie


Biberon pas prêt blues

Coutin/Coutin
Arrête ma p’tite Baby, arrête un peu de hurler
J’ai joué toute la nuit, c’est vrai rien n’est prêt
J’ai tout oublié, de quand j’étais bébé
Et en puériculture, j’ai des lacunes avérées
J’ai le stress de la tétine
Egarée dans la cuisineBiberon pas prêt blues


Biberon pas prêt bluesArrête ça petite, laisse tomber la crise
Le matin dans la glace, le cri primal ca te casse
L’babysitter en tuxedo, c’est comme le dernier métro
La stérilisation ça me met la pression
Mais j’suis sur qu’un double sky
Ca pourrait faire le travail

Qu’est ce que tu dit de ça, Petite, dis moi
Qu’est ce que tu dit, Petite,
Qu’est ce que tu dit de ça

Biberon pas prêt blues

Biberon pas prêt blues
Biberon pas prêt blues

Biberon pas prêt blues

Maryline est folle

Coutin/Coutin

Quatre murs dans la tête
Enfermée dans ses rêves
Maryline ne sait pas
Elle ne sortira plus

Quatre murs dans la tête
Et les blouses blanches
Maryline tend le bras
C’est l’heure de la piqûre

Maryline est folle
Elle veut s’évader
De la machine molle
Mais la porte est fermée

Maryline est folle
Elle veut s’évader
De la machine molle
Mais la porte est gardée

Par les blouses blanches
Par les blouses blanches

Quatre murs dans la tête
Et le goût de l’éther
Maryline a perdu
Le souvenirs d’hier

Quatre murs dans la tête
Et les grilles de fer
Maryline a peur
D’être seule sur terre

Maryline est folle
Elle veut s’évader
De la machine molle
Mais la porte est fermée

Maryline est folle
Elle voudrait s’évader
De la machine molle
Mais la porte est gardée
Par les blouses blanches
Par les blouses blanches
Par les blouses blanches

Elle écrit sur les murs
Les mots comme des enfants perdus
Elle parle aux oiseaux
Qui s’en vont vers l’azur

Elle écrit sur les murs
Les mots comme des enfants perdus
Elle parle aux oiseaux
Qui s’en vont vers l’azur

Maryline est folle
Maryline est folle

My ho my

Coutin/Coutin
J’en ai tellement vu partir sans se retourner

Les voiles gonflées d’espoir, de rêves insensées
J’en ai tellement vu revenir le regard perdu
Comme autant de martyrs de causes sans avenir
Comme des enfants nus orphelins de leurs désirs

My ho my
My ho my

Tellement de rêves tellement d’amours qui se sont dispersés
Toutes ses promesses d‘un jour qui se sont envolées
Comme une poignée de sable te glisse entre les doigts
Quand il ne reste que quelques grains tu sais
Que l’heure est sans doute arrivée de te laisser glisser

My ho my

My ho my

J’en ai tellement entendu dire qu’un jour ils auraient
Dans les mains tout ce qui brille et puis jamais

Tu sais c’est comme ça on dirait

La jeunesse porte en elle des rêves inachevés
Mais quand tu ne rêve plus tu sais
Que l’avenir ressemblera au passé

My ho my
My ho my

J’ai tant aimé les femmes aux yeux de promesse
Tellement porté d’idées qui devaient tout changer
Un jour tu te réveilles et le monde n’est plus pareil
Et pourtant tu n’as rien inventé dans ton sommeil
Peut être que c’est toi qui n’est plus le même
Où peut être que ton rêve t’a laissé tombé

My ho my

My ho my

J’aurais tellement voulu tellement aimer te raconter
L’histoire de ce voyage comme un livre enchanté

Et puis le vent a tourné les pages

Et les lettres se sont effacées
Que reste t’il de tous ces mots que nous avons tant aimé
Si ce n’est des souvenirs et parfois des regrets
My ho my
My ho my

Alors pardonne moi si aujourd’hui je reste allongé
À écouter le temps s’écouler sans se presser

Tout ca est passé tellement vite
J’aurais voulu tout retenir
Te regarder encore longtemps
Mettre de la lumière sur le temps

Tous aux abris

Coutin/Coutin

Des p’tites sœurs de vertu qui ont déjà tout connu
Qui jouent à se faire peur pendant que leurs mamans pleurent
Dans des cuisines aseptisées le corps javellisé
Le regard allumé devant les publicités

Des sales gosses roulées dans des cabriolets
La capote usagée et le cœur brisé
La diva du phalanstère égarée dans ses chimères
On dirait qu’la charcutière est carrément suicidaire

Les mots des prophètes ont disparus
Et leurs exégètes sont à moitié nus
Plus personne ne traverse ta rue
Enfermé au paradis… au milieu des détritus
Enfermé au paradis… au milieu des détritus

Les marchands du temple ont carrément tout bradé
L’Oncle Sam a sifflé la fin d’la récrée
Parfois même dans le noir tu vois des cafards
S’aimer sans se toucher ne jamais se dévoiler

Tu regardes la poubelle, les rêves s’amoncellent
Le cœur dans la glacière tu pleures plane devant la télé
C’est entre chien et loup que le loup garou
Croque à pleines dents les os des petits enfants

Les mots des prophètes ont disparus
Et leurs exégètes sont à moitié nus
Plus personne ne traverse ta rue
Enfermé au paradis… au milieu des détritus
Enfermé au paradis… au milieu des detritus

Enfermé au paradis au milieu des détriti
Pour les petites sœurs qui ont mis une roue dans l’malheur
Le camion des poubelles passe toujours à la même heure
C’est l’appel du loup garou pour les enfants d’cœur
Tous aux abris

Fredda

Coutin/Coutin

Fredda ne me laisse pas comme ça
Je t’emmenais au cinéma
Et tu verras des corridas
Du sang séché noir sur le sable
Des toreros morts au combat
Devant de pales Señoritas
Le regard voilé par les traces
D’amours violentes et fugaces

Et moi je sais que tu n’es pas une vilaine fille
Et c’est pas vrai que tu n’as pas d’moralité
C’est juste que tu le fais
Avec ce que le ciel t’a donné

Fredda ne me laisse pas comme ca
Parfois le soir au fond des bars
Je prend des trains je prend des cars
Je regarde passer les gares
j’ai tellement envie de savoir
Où ca pourrait nous emmener
Si on laisser tomber les armes
Et du passé faire table rase

Et moi je sais que tu n’es pas une vilaine fille
Et c’est pas vrai que tu n’as pas d’moralité
C’est juste que tu le fais
Avec ce que le ciel t’a donné

Fredda ne me laisse pas ce soir
Comme les tiens mes rêves sont noirs
Des corps brisés dans les miroirs
Mutilés de simples désespoirs
Des anges éclatés sur le sol
Tombés du ciel, tirés en plein vol
Quand le désir soudain te serre
Le cœur dans une main de pierre

Et moi je sais que tu n’es pas une vilaine fille
Et c’est pas vrai que tu n’as pas d’moralité
C’est juste que tu le fais
Avec ce que le ciel t’a donné

Et moi je sais que tu n’es pas une vilaine fille
Et c’est pas vrai que tu n’as pas d’moralité
C’est juste que tu le fais
Avec ce que le ciel t’a donné

Le Paradis

Coutin/Coutin

Elle, sous les stroboscopes
Qui se télescopent
La lumière sur sa peau
Semble couler du ciel
Comme une caresse
Elle, est venue de la bas
Voir la mer et le ciel
Maintenant elle est la
Comme un fruit défendu
Allongée au soleil

La vie, la nuit
La nuit, la vie, c’est par où l’paradis ?

Les, regards qui se disent
Les cœurs qui se brisent
Sous les étoiles qui filent
Les, décibels qui te collent
Les filles qui dansent
Les corps qui balancent
Sous les doigts du DJ

La vie, la nuit
La nuit la vie, c’est par ou l’paradis ?

Dans la chaleur de la nuit
Rien qu’une vie pour tout vivre
Tout connaître et tout faire
Kaleidoscope, Cinemascope

La vie, la nuit
La nuit, la vie, c’est par où l’paradis ?

En kaleidoscope ou en Cinemascope
On s’est croisé sur la Croisette
Et on s’est mis le cœur en miettes
C’est par où l’paradis ?
C’est par où la sortie ?

Ho mon Dieu

Coutin/Coutin

Il marche sur le miroir
On dirait qu’il danse
Sur un fil qui se perd
Dans la ville et ses prières
Elle, avait des yeux si bleus
Comme si elle avait peur
De l’oiseau noir posé sur le banc
Comme un vieillard qui attend

L’herbe est si verte
Et le ciel si bleu
Ho mon Dieu,
Donnez nous la force
De vivre encore un peu

Les cheveux hirsutes
Et la chemise ouverte
Il dort sur le bitume
Dans les lumières de l’hiver
Les gens passent sans voir
Pressés de retrouver
Leurs raisons d’exister
Ou d’en finir enfin
In memoriam d’un monde
Où tu pouvais encore
Choisir ta dépendance
Sans assistance médicale

L’herbe est si bleue
Et le ciel si vert
Ho mon Dieu,
Donnez nous la force
De vivre encore un peu

Les chocs et les cris
La fumée dans les yeux
Un hélico me regarde
Comme un frelon hystérique
Les bombes lacrymogènes
Me reviennent sans cesse
Comme la nostalgie des temps
Où nous étions libre
De nos désirs de nos rêves
De nos vies incertaines

L’herbe est si rouge
Et le ciel si noir
Ho mon Dieu,
Donnez nous la force
De vivre encore un peu

Alors ce fut comme ça
Son ventre a délivré
Il a poussé un cri de terreur
En découvrant le bordel
Où il devrait désormais se débattre
Comme un têtard englué
Dans les délices de la civilisation
De l’ultime maladie mentale
Du génie de l’espèce

L’herbe et si noire
Et le ciel si blanc
Ho mon Dieu,
Donnez nous la force
De vivre encore un peu

L’herbe était si verte
Le ciel si bleu
Ho mon Dieu
Ne leur dites pas
Que tout cela n’est qu’un jeu

Paris, la nuit

Coutin/Coutin

Je veux être ton roi,
Je veux que tu sois ma reine
Que tu fasses de moi ce que tu voudras
Que tu me jettes au ciel
Que tu me gardes dans tes bras
Que tes yeux me brûlent
Que tes doigts me blessent
Que ton corps soit un calice
Que ta peau me guérisse
Je veux t’aimer sans cesse
Me perdre en toi
Ne jamais retrouver mon chemin
Errer comme un mendiant
Etre ton amant ton ami ton amour ta victime

La nuit je crie sans bruit
Dans la ville endormie
La nuit

Je veux être le livre ou tu écris
Et celui que tu lis
La chair que tu étreins
Je veux que tu sois libre
Et que tu n’appartiennes
Je veux que tu me quittes et que tu me reviennes
Comme les océans épousent la lune
Comme le soleil brûle le désert
Comme le ciel pleure sur la terre
Comme la vie donne la vie
Comme la nuit détruit le jour
Et puis s’enchaîne à lui
Je veux tout de toi

La nuit
La nuit

Je veux que tu m’aimes que tu me fasses éternel
Que tu sois à jamais belle que tu me brûles les ailes
Que tu me fasse fragile perdu, sans avenir et sans passé, égaré dans le présent, amoureux du temps
Torturé par le désir et la peur de te perdre,
Comme un enfant, le cœur battant
Faible et riche.
Dénudé désarmé
Ouvert à tous les vents, dispersé

La nuit je crie sans bruit
Dans la ville endormie
La nuit

Paris by night, city of lights, city of rights

Je veux que tu m’aimes et que tu sois immortelle
Que tu sois à jamais celle,
L’envie de toi me consume et me détruit
Et me donne la vie,
J’ai envie de me cacher dans tes bras.
De me noyer dans toi, de me naufrager.
De dériver vers l’infini et le néant comme un fétu de vie,
De n’exister que dans toi, par toi, pour toi
La nuit

Pas très loin de minuit

Coutin/Coutin

Parfois le silence est comme un cri
Perdu dans le soir sous la pluie
Le vent mauvais balaye les rues
Les néons bleus les filles perdues
Pas très loin de minuit
Pas très loin de minuit
Je veux partir J’en ai marre
De ces au revoir sans revoir
J’ai le cœur qui s’arrache devant ces heures
Qui passent et qui passent sans bonheur
Pas très loin de minuit
Pas très loin de minuit

Ho bébé si tu savais
Ho bébé si tu savais
Comme j’ai envie de te retrouver hey hey hey

Je marche sans aller nulle part
Il y a cette guitare qui crève le ciel
Les nuages pleurent sur la vie
Et j’ai le cafard dans le brouillard
Pas très loin de minuit
Pas très loin de minuit

Je cherche le courage de m’ enfuir
Devant ce temps Inutile et si lent
Je marche sans vraiment savoir
Ou la nuit me laissera
Pas très loin de minuit
Pas très loin de minuit

Ho bébé si tu savais
Ho bébé si tu savais
Comme j’ai envie de te retrouver
Hey hey hey

Pas très loin de minuit
Pas très loin de minuit
Perdus dans la nuit
Caches dans la nuit

Ho do you do, Serge ?

Coutin/Coutin

Alors que je roulais sur la nationale
En direction de la capitale
Au sortir d’un séjour dans de lointaines provinces
Sous les pluies de novembre
Au rythme des essuie glaces qui
Balayaient le pare brise de ma limousine
Sur la droite de la route dans le faisceau des phares qui cisaillaient la nuit
Je l’ai découvrait
Appuyée sur le capot ouvert de son coupé de ville

Je m’arrêtais et lui fit signe de monte
Ce qu’elle fit sans se presser et sans dire un mot
Mouillant les cuirs de la Rolls Pierce
Je reprenais ma route

Où bout d’un moment, je lui demandais :
– Qui êtes vous ?
– Je m’appelle Vanessa Devil
– Et que faites vous ?
– J’arrache le cœur et je mange l’âme et mes victimes
– Et comment faites-vous cela ?
– Je leur donne tout ce qu’elles veulent de moi…

En même temps qu’elle me répondait
Elle avait passé une menotte d’acier à mon poignet et l’autre au sien.

Puis elle avait appuyé sur le bouton play du lecteur de cassette et les Rolling Stones jouaient Sympathie for the Devil. Tout en écoutant Mick Jagger tortiller du cul, je regardais son visage parfait et sa poitrine qui battait, nue sous le blouson de jean mouillé.

À la fin du titre, alors que les percussions se mêlaient à la pluie et au rythme lancinant des essuie-glaces, elle me dit :

– Je prendrai mon petit déjeuner sur un nuage de cocaïne… Vous le savez déjà, sans doute, mais personne ne sortira vivant d’ici…

J’essayais de me concentrer sur le ruban noir de la route luisante et d’oublier la blessure de l’acier à mon poignet

Danse, danse

Coutin/Coutin

Danse, danse,
Laisse vivre ton corps
Laisse vibrer le monde
Danse jusqu’à la transe

Écoute la voix
Qui te parle tout bas
C’est le cri de la vie
Et de la liberté

Vas-y danse tu sais
Que ce monde est vieux
Que ses Dieux sont usés
Fatigués
Danse, danse

Si tu te retournes
Tu verras derrière toi
Des métaux lourds,
Des radiations

Tu verras tous les poisons
Toutes les pollutions
De la tête et du corps
Toutes les corruptions

Vas-y danse pour toi
Danse pour que la flamme
Qui brûle dans ton cœur
Ne s’éteigne pas
Danse, danse

Oublie pour un soir
Cette ombre noire
Qui plane sur toi
Comme un oiseau de proie

Oublie les raisons du pouvoir
De l’ordre et de l’état
La machine molle
Qui étouffe et qui broie
Vas-y danse

Danse, pour celle
Danse pour lui
Danse pour que ton amour
Te survive à l’infini, vas-y danse

Danse, pour celle
Danse pour lui
Danse pour que ton amour
Te survive à l’infini, vas-y danse

Danse, danse,
Danse, danse,
Vas-y danse.

 

Si ça te va bien

Coutin/Coutin

Si tu préfères tout casser, tout détruire, tout brûler
Si tu crois vraiment qu’il faut tout effacer
La balle est dans le canon tu connais le mode d’emploi
Tu peux si tu veux me shooter direct loin de cette terre

Si ça te va bien, ça me va comme ça
Si ça te va comme ça, ça ira pour moi

Je m’en vais, trop de pages à tourner, trop de photos à déchirer
Trop de villes à rayer de la carte pour nous avoir vu nous aimer
On a vécu comme des vagabonds, perdus dans le brouillard, à l’abandon
On a tout évité sauf le pire, le plaisir, le hasard

Si ça te va bien, ça me va comme ça
Si ça te va comme ça, ça ira pour moi

C’est la peur qui fait de nous des esclaves et des fous
Tu es l’infirmière de mes descentes aux enfers
Rendez vous sur un nuage, plein d’orage et de rage
Si je n’y suis pas c’est que le ciel n’existe plus pour moi.

Si ça te va bien, ça me va comme ça
Si ça te va comme ça, ça ira pour moi

La crise

Coutin/Coutin

J’vois des fourmis partout
Des millions d’êtres humains
Qui courent dans tous les sens
Qui se marchent dessus
Et qui parlent tout le temps

J’vois des voitures partout
Comme des boites à chaussures
Empilés dans les rues
Au milieu des fumées
Des klaxons hystériques

Je sens venir la crise, docteur mes pilules
Mettez-moi s’il vous plait dans une petite cellule
Loin de toute cette folie, des humains de la ville

J’vois des espions partout
Derrière mon téléphone
Cachés dans les écrans
Quand je marche quand je parle
Ils enregistrent tout

J’vois des soldats partout
Planqués dans les trous
Armés jusqu’aux dents
Qui tirent comme des fous
Sur tout ce qui bouge

Je sens venir la crise, docteur mes pilules
Mettez-moi s’il vous plait dans une petite cellule
Loin de toute cette folie, des humains de la ville

Je vois des filles partout
Avec des yeux brillants
Des parfums délétères
Le couteau entre les dents
Qui me regardent en riant

Je vois des anges partout
Avec de grandes ailes
Qui volent autour de moi
Me désignent du doigt
Veulent me mettre à genoux

Je sens venir la crise, docteur mes pilules
Mettez-moi s’il vous plait dans une petite cellule
Loin de toute cette folie, des humains de la ville
Je sens venir la crise

 

La grande ville

Coutin/Coutin

Les lumières de la grande ville
Tu ne les voyais pas de chez toi
Mais tu les avais dans le cœur
Comme une promesse, un ailleurs

Un jour tu es partie, tu as pris le rapide
Pour la grande ville, tu as laissé derrière toi
Ton père ta mère le garçon qui t’aimait
Les chevaux qui dansaient le matin sur le prés

Qui es-tu, d’où viens-tu
?
Ici ça n’intéresse personne
Dans la grande ville, tout ce qui compte
Que tu rêves que tu crèves
C’est ce que tu donnes

Il y a du danger dans la rue et les murs sont gris
Les étoiles se suicident et les amants sont maudits
Là-bas ils pensent à toi et le soir ils prient
Ici il y a des chasseurs et des cibles dans la nuit

Les lumières de la grande ville sont si proches de toi
Tu pourrais les toucher et pourtant parfois
On dirait qu’elles ne brillent jamais pour ceux
Qui n’ont que du rêve et des étoiles dans les yeux

Qui es-tu, d’où viens-tu?
Ici ça n’intéresse personne
Dans la grande ville, tout ce qui compte Que tu rêves que tu crèves
C’est ce que tu donnes

Là-bas pourtant il y a toujours l’herbe et le vent
Les chevaux qui dansent au bord de l’étang
Ton père ta mère qui attendent que tu reviennes
Mais les lumières de la grande ville te brûlent les ailes

Qui es-tu, d’où viens-tu
?
Ici ça n’intéresse personne
Dans la grande ville, tout ce qui compte
Que tu rêves que tu crèves
C’est ce qu’ils te prennent

Princesse

Coutin/Coutin

C’est sympa d’m’inviter à tes fiançailles princesse
Mais de nos jours tu sais et par les temps qui courent
Je n’sors plus qu’pour les enterrements
Et encore si je sens

Je suis sûr que tu seras la plus belle
Comme un orage un diamant dans le ciel
Entourée du rire des enfants
De tes chevaliers servants

J’aurais bien voulu voir ça de près
Goûter les plats et les vins les plus fins
Noyer mon chagrin
Tuer l’amour, le jeter aux chiens

Il est certain que tu sauras
Farder l’éclat si beau de tes yeux noirs
D’un trait de lumière
Jeter un linceul sur ton cœur de pierre

Dèsolé  de n’pas pouvoir venir Princesse
Mais si dans la nuit jamais tu te sens lasse
Des simagrées des grimaces
Je serai chez moi si tu passes

Désole de n’pas pouvoir venir Princesse
Mais si dans la nuit jamais tu te sentais lasse
Des simagrées des grimaces
Je serai chez moi si tu passes

Grand méchant loup

Coutin/Coutin

J’te parle du grand méchant loup

Celui qui traîne dans les rues
Celui qui ne rêve que d’une chose
Te dévorer toute crue

J’te parle du grand méchant loup
Tu fais comme si tu savais pas
Mais j’tai vu lui parler
Devant la porte d’un bar

J’te parle de la nuit
De tes rêves interdits
Des blessures de la vie
J’te parle de lui

J’te parle du grand méchant loup
Celui qui te regarde
Cache dans le noir
Comme si tu valais de l’or

J’te parle du grand méchant loup
Celui que personne ne voit
Qui te fait frissonner
Quand tu es seule dans ton lit

J’te parle de la nuit
Quand tu rêves d’amour
Des blessures de la vie
J’te parle du désir

J’te parle du grand méchant loup
Tu crois que tu peux
Jouer avec lui
Au chat et a la souris

Mais il ne laissera de toi
Que des os et des plumes
Sur un coin de bitume
Sur le gris du trottoir

J’te parle de la nuit
Quand tu rêves de l’amour
Des blessures du désir
J’te parle de la vie
J’te parle de la vie

J’te parle de la nuit
J’te parle du grand méchant loup

Petite, petite
Petite, petite

Le rat des villes

Coutin/Coutin

Je suis le rat des villes
Je mets toujours dans le mille
Je me glisse incognito
Au milieu du ghetto

Je suis transparent
Je coule avec le fil du temps
Ceux qui me regardent vraiment
Baissent les yeux le plus souvent

Je suis le rat des villes
Au milieu d’autres rats
Je glisse, je passe, je me faufile
Dans l’univers qui se défile

Je suis juste là
Mais je n’y suis pas
Je rêve d’un tremblement de terre
Qui balaierait cette terre

Le jour je rêve d’un autre monde
La nuit, je danse dans la ronde
Je dis oui monsieur l’agent
Mais pas moins je n’en pense

Je suis le roi des villes
Et j’ai les yeux qui brillent
Quand l’été déshabille
Le corps gracieux des filles

Je suis le rat des villes
Je rêve d’un tremblement
Qui balaierait cette terre
Qui féconderait l’univers

Je mets toujours dans le mille
Je suis le rat des villes
Je me glisse, je me faufile
Je mets toujours dans le mille
Je suis le rat des villes

Et si je te fais peur
C’est que je te ressemble
Comme un frère à une soeur

Babylone panic

Coutin/Coutin

D’abord la terre a bougé
Le vent du sud a soufflé
Et puis les murs ont tremblé
Le temple s’est écroulé

Hou Babylone panic
Hou Babylone panic

Les prêtres sont tombés à genoux
Ils ont prie le ciel
Qui soudain s’est fissuré
Dans éclair de feu

Le peuple s’est levé
Et la clameur a porté
Jusqu’aux murs de Wall Street
Les cours se sont effondrés

Hou Babylone panic
Hou Babylone panic

Une femme s’est levée avec le corps d’un enfant
Porté vers le néant
Les autres ont avancé
Comme une armée de mendiants

Ils ont marché sur le palais
Oûsiégeait la démocratie
Et quand ça s’est mis à brûler
Ils ont soufflésur les flammes

Hou Babylone panic
Hou Babylone panic

Ils ont jeté leurs chaussures
Et ils ont dansé pieds nus
Sur les cendres qui brûlaient
De l’ordre des vaincus

Et dans les larmes et le sang
La colère les hurlements
Ils ont chanté la violence
Qui purifie même les anges

Hou Babylone panic
Hou Babylone panic

Tape-toi la tête

Coutin/Coutin

Hey ça fait mal
Hein quand ça tape
Comme ça direct
Droit dans le cœur
Quand c’est comme ça
Que rien ne bouge
Que le temps passe
Que tout est dans le rouge

Elle est partie
Il ne reste d’elle que son parfum dans le lit

Quand elle te laisse
Que tu es perdu
Comme un chien sans laisse
Au coin de la rue
Quand ça ne roule plus
Que ton sang cogne
Si fort dans le crâne
Comme un poignard

Elle est partie
Il ne reste d’elle que son parfum dans le lit

Tape-toi la tête
Contre les murs
Rappelle-toi que tu es dur, dur

Hey ça fait mal
Hein quand ça tape
Comme ça direct
Droit dans le cœur
Quand tu restes là
Tout seul avec toi
Le cœur brisé
Comme une épave

Elle est partie
Il ne reste d’elle que son parfum dans le lit
Tape-toi la tête