Archives par mot-clé : album Coutin Live

N’oublie pas (De ne pas m’oublier)

Coutin/Coutin

Quand le jour se lève
Au-dessus de la ville
J’ai dans mes rêves
Une case de vide
J’pense à toi
C’est comme si je saignais
Quand au bord de ma route
Il pleut des coups au cœur
Seul devant mes doutes
Comme un vieux boxeur
J’pense à toi
C’est comme si je saignais

N’oublie pas
De pas m’oublier
N’oublie pas
De pas m’oublier

Et devant tous ces gens
Qui visitent en riant
Ce coin de solitude
Qui s’appelle ma vie
J’pense à toi
C’est comme si je saignais

N’oublie pas
De pas m’oublier
N’oublie pas
De pas m’oublier
N’oublie pas
De pas m’oublier
N’oublie pas
De pas m’oublier

Faut que tu sois un ange

Coutin/Coutin

Faut qu’tu sois un ange pour marcher comme ça dans cette rue
Au milieu des dealers des putains des perdus
Faut qu’tu sois un ange pour venir me chercher quand j’me perds
Dans les bars de misère à deux pas de l’enfer

Faut qu’tu sois un ange
Pour m’aimer
Faut qu’tu sois un ange
Pour rester
Faut qu’tu sois un ange pour m’dire oui
Quand j’veux pas dormir tout seul la nuit

Faut qu’tu sois un ange pour qu’ta bouche ait ce goût
Comme un peu de sucre de sugar magnolia
Faut qu’tu sois un ange pour faire l’amour quand tu le l’fais
T’es comme une étoile tombée sur mon coin de pavé

Faut qu’tu sois un ange
Pour m’aimer
Faut qu’tu sois un ange
Pour rester
Faut qu’tu sois un ange pour m’dire oui
Quand j’ai peur de rester tout seul la nuit

Les anges de poussière

Coutin/Bouvot

J’avançais sur cette route
J’étais tranquille, je cherchais rien
J’avais juste un petit doute
Sur le temps qu’il ferait demain
Il arrivait de Damas
Par le sentier des pèlerins
Il m’a dit faut que je passe
Le seigneur est mon chemin
Si le démon est un ange
Chassé du paradis
Et si l’amour dérange
Je veux m’en aller d’ici

Les anges de poussière
Ou les anges du ciel
Qui peut parler pour Dieu
Sur cette terre
Parler pour Dieu
Sur cette terre

Je lui ai fait remarquer
Qu’il avançait sur ces deux genoux
Qu’il serait plus vite arrivé
S’il voulait bien se mettre debout
Il a pris le ciel à témoin
Et il m’a promis l’enfer
Pour avoir aimer la chair
Sans repentir au matin
Ou les anges de poussière
Ou les anges du ciel
Qui peut parler pour Dieu
Sur cette terre
Parler pour Dieu
Sur cette terre

Sexy Suzy

coutin/Bouvot

Je marche toujours
Mais je suis plus seul, maman
Y’a une fille qui me suit
Une poupée de vinyle
Je marche toujours
Mais je suis plus seul
Ses yeux verts sont grands ouvert
Elle dit pas que mes jeux sont pervers
Non elle ne dit pas

Hou Sexy Suzy,
Elle me dit toujours oui

J’marche toujours mais je suis plus seul, maman
Dans les hôtels ou je vis
Elle est là elle me suit
Je marche toujours mais je suis plus seul, maman
Elle est jamais mal dans sa tête
Elle dit rien mais je sais
Je sais qu’elle m’aime

Hou Sexy Suzy,
Elle me dit toujours oui

Ou tu veux et quand tu veux (Rock’n’roll)

Coutin/Coutin

Y’a des fusils sur la table
Des femmes allongées par terre
Des étoiles dans la poussière
Y’a des madones des sleepings
Qui l’œil mouillé par le spleen
Dans de noires limousines
Lente-lentement cheminent

Et toi t’es la au milieu de tout ça
Tu sais pas c’que tu fais là
Tu dis qu’cette ville est vraiment folle
Tu dis qu’cette ville est rock’n’roll

Y’a des soldats qui se saoulent
Et de la bière qui coule
Y’a des ministres qui se cherchent
Dans des positions perverses
Et y’a cette fille en mini-jupe
Qui te regarde et qui te dit
Viens voir derrière le miroir
Viens voir vers la sortie
C’est ou tu veux et quand tu veux

Et toi t’es la au milieu de tout ça
Tu sais pas c’que tu fais là
Tu dis qu’cette ville est vraiment folle
Tu dis qu’cette ville est rock’n’roll

C’est ou tu veux et quand tu veux
C’est ou tu veux et quand tu veux

Le temps change en mieux

Coutin/Bouvot

C’est le matin
Tout va bien
Les gens dansent nu
Dans la rue
Le soleil est là
C’est comme ça
Encore envie de toi
Encore une fois

Et j’dis qu’le temps change en mieux
Et j’dis qu’le temps change en mieux

J’enfile un jean
Et je sors
Une fille me sourit
J’aime la vie
Tu s’rais pas nouvelle
Dans l’quartier
Quand j’sors mes poubelles
J’ t’ai pas r’marquée

Et j’dis qu’le temps change en mieux
Et j’dis qu’le temps change en mieux

Hey
Qu’est ce que j’entends qui fait c’bruit là
On dirait
C’est comme un empire qui s’écroule
C’est comme ça
On dirait les cris d’une foule
Hey
Le temps change en mieux cette fois

Et j’dis qu’le temps change en mieux
Et j’dis qu’le temps change en mieux
Et j’dis qu’le temps change en mieux
Et j’dis qu’le temps change en mieux

Tout pour faire la guerre

Coutin/Colline

On a des revolvers qui sont de méchantes mécaniques
On a des bazookas qui font des trous grands comme ça
On a de foutus missiles qui tapent en plein dans le mille
On a tout ça, on a tout ça on l’a
On a des fantassins qui ne mangent pas de pain
On a des politiciens qui n’ont vraiment peur de rien
On a des tas d’généraux qui f’ront de parfaits héros
On a tout ça, on a tout ça on l’a

On a tout pour faire la guerre
On a tout pour faire la guerre

On va faire sauter des ponts, on va piller des maisons
On va brûler des villes, on va inonder les sillons
On va tirer sur tout’c’qui bouge avant même que ça bouge
On va faire tout ça on va
On va violer des femmes, on va étrangler des enfants
On va faire du savon avec la graisse de tous ces cons
On va mettre la terre à feu et à sang
On va faire tout ça on va

On a tout pour faire la guerre
On a tout pour faire la guerre

J’aime regarder les filles

Coutin/Coutin

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Sur leur peau le soleil caresse bien trop sage
Le vent qui les décoiffe
Un goût de sel sur mes lèvres

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Les hanches qui balancent et les sourires fugaces
Je regarde les vagues qui jouent avec leurs corps

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leurs poitrines gonflées par le désir de vivre
Leurs yeux qui se détournent quand tu les regardes

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Le soleil sur leur peau qui joue à cache-cache
Et des ambres solaires le parfum volage

J’aime
Regarder les filles
J’aime regarder les filles
Regarder les filles
Regarder les filles
J’aime regarder les filles
Les filles
J’aime regarder les filles
Le soleil sur leur peau
Leurs hanches qui balancent
Leurs poitrines gonflées
J’aime regarder les filles

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Quand elles se déshabillent et font semblant d’être sage
Leurs yeux qui se demandent mais quel est ce garçon

J’aime
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leurs ventres qui se collent sur le sable chaud
Le vent qui les décoiffe et les sourires fugaces
J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage

J’aime
Regarder les filles
Regarder les filles
Regarder les filles